Roxane-Marie Galliez, Seng Soun Ratanavanh

  • Un beau conte pour repousser l'heure du coucher!

    Miyuki est de retour: après avoir appris l'art de la patience au matin dans Attends Miyuki, la voici qui s'emploie à retarder par tous les moyens l'heure du coucher. Le texte coule et résonne comme une douce ritournelle, où le lecteur peut compléter le refrain qui s'allonge à chaque double-page (Miyuki, le travail est terminé, le potager est arrosé, les escargots sont rassemblés, la couverture du chat est installée, etc.) Les illustrations, tout en poésie et délicatesse, le mettent en lumière de manière unique et personnelle, grâce au travail de la couleur et des détails. Un grand bel album pour accompagner ce moment si particulier qu'est le coucher.

  • Tandis que Grand-Père danse lentement, Miyuki veut jouer. Mais Grand-Père aimerait méditer tranquillement.
    « D'accord, alors apprends-moi à méditer avec toi », lui demande la petite fille. Et les voilà qui dégustent le thé en silence, marchent lentement, regardent l'eau de la rivière qui glisse et le ciel comme si c'était la première fois. Et la journée déroule ses heures. Grand-Père se tait. Miyuki s'agite. Miyuki se demande quand va-t-on commencer à méditer. Quand ? « Mais, Miyuki, nous avons médité toute la journée. » Un album grand format servi par la grande sensibilité des illustrations de Seng Soun Ratanavanh. Un texte poétique parfaitement ciselé, abordant un sujet dans l'air du temps : la méditation.

  • Un très joli conte pour apprendre l'art de la patience.

    Terre bleue et lune orange, le printemps s'habille pour sa première aube de l'année. Le jardin s'éveille et Miyuki, pieds nus, déjà levée, court en riant entre les travées. Vite vite, elle inspecte et s'assure que tout le monde est prêt. « Grand-Père, lève-toi, vite vite, lève-toi ! Le jour s'est réveillé avant toi ! » La petite fille et son grand-père sortent saluer chaque fleur qui s'ouvre. Mais dans la mousse, une petite fleur paresse, ensommeillée, semblant ignorer le printemps qui chante. Son grand-père a beau lui expliquer que toutes les fleurs ne dansent pas au même moment, Miyuki est bien impatiente de voir la fleur éclore ce matin. Alors elle court de-ci, de-là, en quête de l'eau la plus pure pour réveiller son bouton. Mais le puits est vide, le nuage blanc ne veut pas faire tomber la pluie, la cascade est trop forte... Tant d'efforts, toute cette course, et quand le soir tombe, Miyuki, épuisée, loin de chez elle, n'a point d'eau. Une rivière va pourtant la ramener chez elle. Sa jolie fleur s'ouvrira-t-elle le lendemain ?

empty